A dix semaines de la prochaine échéance municipale, il nous paraît utile et nécessaire de faire un constat. Pour savoir où l’on veut aller il faut savoir d’où l’on vient.
Orgeval a déjà subi une explosion immobilière dans les années 70. Depuis 6 ans, nous subissons une deuxième explosion immobilière.
En 2020, nous avons encore moins d’espace et davantage d’obligations.

Aujourd’hui lorsqu’on discute avec les Orgevalaises ou les Orgevalais, de leur commune, ils aiment l’aspect village verdoyant. Mais en même temps ils n’apprécient pas la tournure que prennent les aménagements et les constructions engagées par l’équipe sortante, qui s’est reconstituée en une liste candidate aux prochaines élections municipales. Quelles décisions prendront-ils, cette fois, sur ces sujets importants ?

De plus, l’arrivée de nouveaux habitants, le vieillissement de la population, la coopération avec notre communauté urbaine, avec les décideurs locaux, avec le département, la région, l’état, les entrepreneurs, les commerçants et les industriels… : tous ces sujets portent des problématiques actuelles et futures. Il faut anticiper ces transformations, prendre en compte leurs enjeux et proposer des alternatives qui incluent celles des Orgevalaises et Orgevalais. Et nous n’avons pas attendu ce prochain mandat pour vous demander de dessiner l’Orgeval du futur : nos échanges et nos contacts répétés ont « remonté » bon nombre de vos observations.

Malheureusement pour nous toutes et tous, l’équipe municipale sortante n’a pas su le faire dans les six dernières années. Orgeval a subi, n’a pas su travailler de concert et négocier avec la communauté urbaine et le département. La meilleure preuve en est l’état déplorable de notre zone d’activité. En 2020, si les élus se trompent dans la stratégie d’aménagement de la commune, si nous redonnons aux sortants le pouvoir d’appliquer ce qu’ils ont mal négocié, Orgeval, qui est encore un écrin de verdure, peut devenir un non-sens-immobilier saturé de voitures.
  • + 29 % de constructions supplémentaires dans les 6 dernières années.
  • + 27% d’augmentation des fluides dans les bâtiments municipaux depuis 2017, ce qui explique l’urgence à faire des économies d’énergie et des économies tout court.
  • + 100% d’augmentation pour le budget réception en 2019, et des charges de fonctionnement qui dérapent de + 7%.
  • Engorgement du réseau routier, augmentation de la dangerosité Saturation des stationnements du centre-ville, (avec une aggravation prévisible à la livraison du programme immobilier Feucherolles-Colombet du centre-ville).
  • Incapacité à trouver une solution pour le réaménagement de la zone d’activité des Quarante sous depuis presque 10 ans.
  • Suivi défaillant des travaux du PSG qui débouche sur la fermeture de la rue de Bethemont sans proposer de solution alternative.

Manque d’anticipation pour le nombre de classe pour l’accueil d’un plus grand nombre d’élèves. Depuis 2016 la mairie sait qu’il faut agrandir soit l’école Pasteur, soit l’école La Fontaine, ou construire une autre école. C’est la conclusion d’une étude prospective commandée par la mairie et livrée en 2016.

Les dix derniers mois qui précèdent l’élection municipale ont été porteurs de décisions et travaux et nous nous en réjouissons pour Orgeval, mais :

  • Pourquoi avoir attendu cinq ans pour changer le simple vitrage de l’école Pasteur qui date de 1957 ? Cela faisait plus de 10 ans que les professeurs réclamaient ce changement. L’inconfort et la surconsommation énergétique auraient dû rendre ces travaux prioritaires pour le scolaire !
  • Pourquoi avoir attendu cinq ans pour lancer une étude de circulation à 40 000 euros ? Alors que dans le même temps l’Association Cœur d’Orgeval mettait à disposition un comptage des véhicules bénévole de plus de 1200 heures.
  • Pourquoi avoir attendu cinq ans pour construire un gymnase dont les dimensions sont seulement homologuées pour la pratique des sports collectifs d’enfants d’école élémentaire ? Par exemple Les Ados, les jeunes et les adultes qui auraient souhaités créer une association Basket Ball ou Hand Ball devront continuer d’aller dans les villes voisines.
  • Pourquoi avoir attendu cinq ans pour commencer à entreprendre les travaux de sauvegarde de certains sites historiques d’Orgeval ?

Arrêtons là l’énumération qui prouve, s’il en était besoin, à quel point la situation est gérée au jour le jour sans vision d’avenir, sans anticipation.

Pour Orgeval Cap Renouveau
Pour remettre Orgeval au cœur de l’échiquier,


je souhaite mettre à disposition de notre commune ce que ma fonction d’attaché parlementaire a permis de construire en deux années de contacts réguliers : un réseau de contacts avec lesquels mener les projets pour Orgeval, en concertation avec les Orgevalais. Soit un réseau constitué de nombreux maires, de grands acteurs de l’Etat, du Département et de la Région, voire des ministères. Voilà ce que je pense apporter à Orgeval, dans un esprit de renouveau et d’ouverture.

Michel Dupart